POLARIS STARS VISION - Lunettes télescopes accessoires et librairie pour astronome amateur
RSS

Articles récents

Découverte d'une nouvelle exoplanète à 11 années lumière
Découverte d'un astéroide qui pourrait bien marquer l'histoire de l'astronomie.
Une grosse planète découverte en orbite près d'une étoile naine à 600 années lumière.
astéroide Florence et astéroîde 20012 TC4 en approche !
Nouvelles des étoiles naines rouge ROSS 128 et de TRAPPIST 1

Catégories

astéroïdes
astronomie
cométe
cratère d'impact
espace
LANCEMENT SATELLITE
météorites
Verre d'impact
fourni par

Mon blog

Le verre libyque ou lybian glass.

 
Le verre libyque ou lybian glass.
 
Le verre est de couleur jaune à laiteux à transparent âge 28 : 29millions d'années, le cratère qui y est associé est toujours à découvrir, il est peut être sous des millions de tonnes de sable ou simplement effacé par l’érosion, il est possible aussi qu’il n’existe pas, et dans ce cas le phénomène pourrait s’expliquer par une explosion à haute altitude, le bolide n’ayant pas touché le sol, mais qui aurait créée une boule de feu suffisante pour fondre le matériel au sol au point zéro, de la même façon que lorsque l’explosion atomique de Trinity qui a vitrifiée le sol
 
sous la boule de feu. Le site se trouve dans le Sahara dans une zone de80 kilomètres  sur 30 kilomètres au sud ouest de la grande  Mer de sable et à 350km à l 'Est de l'oasis de Koufra. Ce verre, se trouve dans la "Grande Merde Sable" du Désert Libyque, réparti dans un ovale d'environ 130 km d'extension nord-sud (latitudes N 25°02' - N 26°13') et 50 km d'ouest en est(longitudes E 25°24'- E 25°55') et non loin de l'endroit où les cordons de dunes d'orientation sensiblement NNO-SSE - viennent mourir sur le reg, en bordure du plateau gréseux du Gilf Kébir. Patrick Clayton, un explorateur de sa majesté, redécouvrit le site le 29décembre 1932. Il y effectua d'autres voyages et la carte qu'il  en a dressé, a été publiée par Spencer en1939. Les morceaux de verre se trouvent disséminés à la surface du sol des couloirs inter-dunaires de 3 à 5 km de large, séparant des cordons de dunes linéaires. Le verre libyque a fasciné les scientifiques, qui cherchèrent le puzzle pour remonter à leur formation.
 
Plus de 10000 tonnes de fragments allant du grain de sable, au bloc de20 kilogrammes seraient dispersés sur 3500 km².
 
De couleur jaune à vert clair, plus ou moins transparent, les bulles que contiennent certains échantillons leur confèrent souvent une couleur blanche, et lorsqu'elles sont nombreuses, les morceaux de verre peuvent devenir opaques. Parmi les inclusions les plus typiques et aussi les plus visibles, il y a des sphérules blanches qui s'avèrent être de la cristobalite et des traînées brunes.
 
L'analyse montre une composition chimique qui correspond à de la silice presque pure.
 
SiO2          98,42
 
Al2O3       1,02
 
FeO           0,18
 
Fe2O3       0,14
 
TiO2          0,13
 
 
 
à l'état de traces on signale la présence de fortes teneurs en iridium ( jusqu'à 4-6 ng/g)  et d'éléments sidérophiles et de la famille du platine.
 
Le verre libyque est un verre naturel qui est le plus pur trouvé sur Terre, cette pureté lui confère quelques remarquables propriétés, il peut être chauffé à 1700 ° C avant de commencer à fondre soit 500 ° C de plus que tous les autres verres naturels, il peut être plongé au rouge dans l’eau et ne passe désintégrer. Sa composition l’a fait considérer pendant bien longtemps  comme mystérieux. Quelques verres ont des inclusions, des bulles, des sphères de cristobalite (un polymorphe de la silice) et rarement des inclusions noires. Les analyses chimiques de ces inclusions ont montrées que le verre était le résultat d’un impact de météore avec une cible riche en silice, le verre peut être laiteux ou de qualité gemme.
 
 
 
En 1998 un scientifique italien, Vincenzo de Michèle, visite  le musée Egyptien  du  Caire et remarque  qu’un des bijoux du Roi  Toutankhamon contient  un scarabée qu’il suspecte aussitôt d’être un morceau de verre libyque. Une  simple  mesure optique confirme que le bijou a bien été fabriqué  avec du verre du désert libyque.
 
 
 
Caractéristiques et comparaison avec quelques verres d’impact..
 
Verre libyque
 
Muong-Nong ( Laos )
 
Urengoites de  Sibérie
 
Macusanite (américanite)
 
 
SiO2 (%)
 
> 97 pour le verre libyque
 
79 à 83 pour la moldavite
 
72 à 80 pour Muong-Nong
 
87-96 pour l’Urengoite de Sibérie(découverte récemment et très rare : quelques fragments sont connus, elle présente un  aspect vert bouteille à vert pale avec une structure fluidale et des bulles incluses, seuls 3 morceaux ont été trouvés (1, 15 et 3,5 cm).
 
72 pour la Macusanite
 
 
 
Indice de réfraction
 
1 ,460 à 1,465  verre libyque
 
1,48 à 1,55 pour la moldavite
 
1,490 à 1,510 pour le verre de Muong-Nong
 
 
 
Al2O3 (%)
 
1 pour le verre libyque 
 
8 à 10 pour la moldavite
 
10 pour Muong-Nong
 
1,6 à 5,4 pour l’Urengoite de Sibérie
 
16 pour la Macusanite
 
 
 
Eau (ppm)
 
640-1800 pour le verre libyque
 
150 pour Muong-Nong
 
absente pour l’Urengoite de Sibérie
 
5000 pour la Macusanite
 
 
Plus rare que les moldavites, le verre libyque  peut être travaillé en gemme.
 
C'est probablement le plus étonnant verre naturel que l'on connaisse formé de silice presque pure. C'est un verre massif transparent et limpide de couleur jaune ou vert pâle la plupart du temps quelque échantillons sont blancs et laiteux et parcourus de traces brunes, un découvert récemment est même bleuté.
 
Le verre libyque résulte de la fusion d'un grès très pur, lors d'un impact météoritique qui s'est formé, il y a 29 millions d'années. Le cratère associé n’a pas été retrouvé, il es probable que le météore n’a jamais atteint le sol et que l’explosion s’est faite à haute altitude, et que c’est l’effet du souffle qui a vitrifié le sol présent sous l’objet. On retrouve la même chose lors d’une explosion nucléaire, voir à ce sujet le paragraphe sur l’expérience atomique de Trinity.
 
la silice fond a 1700 °c les bulles de gaz piégés montrent une origine bien terrestre ;
 
le verre libyque contient des minéraux tels que la lechatelierite (de la silice fondue), la cristobalite forme de quartz à haute température ( les fameux flocons de neige ) et labaddeleyite (oxyde de zirconium) qui ne se forment qu'à haute température, le verre a donc été chauffé à plus de 1700 ° C.
 
C'est donc un verre d'impact comme ceux de Wabar ou d'Aouelloul.
 
Il présente la même pauvreté en eau, les mêmes minéraux formés à haute température;  les mêmes inclusions gazeuses. Les échantillons contenant des traînées brunâtres, de l'iridium et des éléments du groupe du platine, ont été trouvés en quantités notables  et en proportions quasi identiques à celle des météorites pierreuses.